Soudan du Sud : au cœur d’une urgence

28 décembre 2016

Soudan du Sud : au cœur d’une urgence

« Il n’y a rien à manger, » dit Adeng. « Rien du tout. »

Toute la famille d’Adeng lutte pour rester en vie. L’inquiétude se lit sur son visage lorsqu’elle me raconte comment elle a vu ses enfants en bonne santé s’affaiblir, perdre du poids et devenir fragiles.

Comme beaucoup d’autres dans cette région du Soudan du Sud, Adeng et sa famille souffrent car la sécheresse et les inondations ont détruit la plupart de leurs cultures et le prix des denrées alimentaires a explosé sur les marchés locaux. Les familles en sont réduites à manger des graines pour survivre.

« Le nord de Bahr el Ghazal est confronté à l’une des plus grandes crises de malnutrition que le pays ait connue depuis des années, » affirme Becky Hammond, responsable médical de Medair au Soudan du Sud.

Comme si le manque de nourriture ne suffisait pas, des nuées de moustiques porteurs du paludisme contaminent la population – le nombre de personnes infectées a augmenté de 400 pour cent en neuf semaines à peine. Il semble que dans chaque communauté, on rapporte des cas d’enfants affaiblis qui meurent du paludisme.  

Lorsque notre équipe de santé d’urgence a rencontré les dirigeants de plusieurs communautés réunis dans une salle comble, ces derniers nous ont dit que la clinique de santé la plus proche se trouvait à trois heures de route, mais n’avait plus de médicaments depuis six mois. Lorsque nous leur avons annoncé que nous allions mettre en place un projet nutritionnel, j’ai lu le soulagement et la joie dans leurs yeux. « Vous allez faire quelque chose que nous n’oublierons pas, » ont-ils dit. 

Le jour suivant, nous ouvrions une clinique de nutrition pour les enfants de moins de cinq ans. Nous nous sommes installés dans une clairière à l’ombre de quelques arbres et plus de 200 enfants sont venus.

Adeng et son mari ont marché pendant 1 heure et demie avec leurs enfants lorsqu’ils ont entendu dire que Medair venait pour aider. « J’espère pouvoir obtenir quelque chose à manger pour rester en vie. Sinon, nous mourrons, » dit Adeng, le regard lointain.

À 15h, les résultats des tests de dépistage étaient tombés et presque chaque enfant gravement mal nourri avait contracté le paludisme. Quel soulagement j’ai éprouvé lorsque je me suis rendu compte que Medair était arrivée à temps pour soigner les enfants et leur fournir une aide nutritionnelle.

« Medair fait du bon travail parce qu’ils aident nos enfants, » dit Adeng qui a reçu une semaine d’aliments enrichis en nutriments pour son plus jeune enfant, ainsi qu’un pain de savon et une moustiquaire pour protéger sa famille contre le paludisme.

À la fin de la journée, j’ai aperçu une magnifique petite fille assise sur les genoux de sa mère. Ses grands yeux vifs et curieux contrastaient avec la finesse de ses bras et de ses jambes.

La mère de la petite fille, Amir, était belle et affichait un sourire radieux qui ne laissait rien paraître de sa situation. Elle m’a confié qu’elle passe chaque jour à chercher de la nourriture pour elle et sa famille : « Peut-être que je mourrai demain. Dieu seul sait. Hier soir encore, je n’ai rien mangé. »

Pendant que nous parlions, mon admiration pour cette jeune femme de 18 ans à peine ne cessait d’augmenter. Elle a porté sa fille gravement sous-alimentée sous le soleil brûlant jusqu’à la clinique de Medair. Elle n’a pas perdu espoir. Alors, ne le perdons pas non plus. 

Merci à toutes les personnes qui ont donné à Medair Soudan du Sud. Avec votre aide, nous avons déjà mis en place plusieurs cliniques nutritionnelles d’urgence pour soigner les enfants mal nourris et nous projetons d’en créer d’autres. Nous avons également ouvert un centre de traitement du paludisme dans la ville d’Aweil et nous fournissons aux communautés des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène pour faire face à l’urgence.

Le programme de Medair au Soudan du Sud est rendu possible grâce au soutien de l’Union européenne, l’Agence des États-Unis pour le développement international, du gouvernement du Royaume-Uni, du Fonds commun humanitaire, de la Direction suisse du développement et de la coopération, du Département d’État américain, du ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, en partenariat avec Tear NL et par le biais de la Dutch Relief Alliance pour l’intervention commune au Soudan du Sud, ainsi que grâce à la générosité de nos donateurs privés.

Ce contenu a été élaboré à partir de ressources recueillies par le personnel de Medair sur le terrain et au siège. Les points de vue qui y sont exprimés n’engagent que Medair et ne reflètent en aucun cas l’opinion officielle d’autres organisations.


Nouvelles et Histoires Liées

En Savoir Plus Sur Cette Région