L’actualité sur le Népal : persévérer après une catastrophe

18 avril 2016

L’actualité sur le Népal : persévérer après une catastrophe

Buddha Maya a perdu sa maison lors des séismes dévastateurs qui ont frappé le Népal en 2015.  Fort heureusement, Buddha Maya et ses trois enfants s'en sont sortis indemnes. Contrairement à beaucoup d'autres qui ont perdu leur maison, ils ont réussi à sauver beaucoup d’affaires des débris.

Elle savait qu'elle allait devoir repartir à zéro, mais elle a quand même gardé le moral. D'ailleurs, ce n'était pas la première fois qu'elle devait tout recommencer.

Buddha Maya a perdu son mari quand elle n'avait que 21 ans. Livrée à elle-même pour élever ses trois fils, Santosh, Gopilal et Sukulal, elle a tour à tour été agriculteur, ouvrière et porteur pour gagner tout juste sa vie. Ce n'était pas facile, mais elle était décidée à envoyer ses enfants à l'école même si cela voulait dire redoubler d’efforts.

« Je travaille dur pour offrir une bonne éducation à mes fils  », explique-t-elle.  « Je n'ai pas pu faire des études car mes parents n'en voyaient pas l'importance et ne pouvaient pas se permettre les frais de scolarité. »

Après les séismes, Medair lui a offert une bâche et des couvertures.  À l'aide de la bâche et de quelques feuilles d'aluminium de son ancienne maison, elle a construit un abri temporaire pour sa famille.

« Je suis très reconnaissante envers Medair qui nous a aidés et a compati à notre peine », rajoute-t-elle.

Buddha Maya se partage la charge de travail avec son fils aîné lorsqu'il n'étudie pas. Elle cultive son lopin de terre avec l'aide d'une paire de bœufs. Ses deux autres fils poursuivent maintenant leurs études à Katmandou grâce à l'aide d'un parrain. 

En septembre, Medair a embauché Buddha Maya et plus de 2 000 Népalais et Népalaises pour des travaux de démolition et de dégagement des débris. Les familles ont ainsi perçu un revenu plus que nécessaire pour se remettre sur pied.

« Heureusement, Medair a lancé ses programmes argent-contre-travail quand j'avais besoin d'un revenu supplémentaire », affirme Buddha Maya.  « Je m'en servirai pour reconstruire ma maison et acheter des articles ménagers essentiels. »

Avec ses maigres économies, elle envisage de construire une maison en bois à un étage recouverte d'un toit de tôle. Elle reste malgré tout optimiste pour l'avenir et persévère dans sa résolution à offrir à ses fils une éducation et les opportunités qu'elle n'a jamais eues.

Vos dons aident des gens courageux comme Buddha Maya à se remettre de la catastrophe et à reconstruire leur vie. Faire un don aujourd'hui.

Les projets de Medair au Népal sont rendus possibles grâce au soutien de l'Union européenne et des donateurs privés du monde entier.

 


Nouvelles et Histoires Liées

En Savoir Plus Sur Cette Région